samedi 10 décembre 2011

BILAN 2011

Le principe de réalité aurait-il été tout à fait dénié les temps derniers ? La vie est difficile. Est-ce un scoop ?
Les bonnes nouvelles, ce serait peut-être que la lucidité revient...
En ce qui concerne l'obésité, les causes pluri-factorielles ont été soulignées cette année par toutes les études. Ainsi, cela évitera à beaucoup de croire aux sornettes simplificatrices des sauveurs en tous genres.
Causes externes, liées à l'environnement, social, familial, environnement au sens large... Causes internes tant somatiques que psychiques.
Les conclusions de ce diagnostic sont de toujours prendre en considération plusieurs facteurs pour prévenir ou remédier aux problèmes d'excès de poids. Bien sûr, une fois examinée la situation de chacun, certains facteurs sont plus ou moins en cause, donc à corriger.  Autrement dit encore, on n'est jamais dans le tout ou rien. Carence ou excès, que ce soit au niveau psychique comme à celui des comportements, le résultat est toujours néfaste.
Le déséquilibre porte en lui le fait que des conséquences négatives sont attendues.
Qu'avons-nous fait du bon sens ?
Toutes ces questions montrent combien l'obésité est le mal du siècle : l'obésité correspond à cette époque de démesure.
C'est à la fois une question individuelle et un problème de société.

C'est ce sujet que je travaille depuis des années avec les patients qui viennent me consulter et au niveau d'une réflexion approfondie. Un nouveau livre, à paraître au printemps 2012, tentera d'en transmettre une synthèse.
Comment s'articule ce qui a à voir avec l'histoire singulière de chacun et ce qui relève du contexte dans lequel nous vivons.
Transmettre est un souci constant quand on voit à quel point tant de personnes se fourvoient des années durant dans des solutions présentées comme simples. Quelle tristesse.
Oh, méfions-nous des solutions présentées comme simples. Tout de  même, si c'était possible que ce soit simple, ça se saurait !!!!!
Toute vie est la démonstration de l'inverse.
Que l'on ait envie de solutions simples, comme suivre un régime et faire de l'activité physique, et que tout se règle ainsi ou envie de recourir à une intervention chirurgicale et voilà plus de soucis...
Que l'on ait envie de régler un problème complexe, ça se comprend. Envie d'y croire...
C'est le principe de plaisir qui tente de prendre le pouvoir !
Encore une fois.

Or, l'équilibre entre principe de réalité et principe de plaisir n'est jamais acquis. C'est un processus. C'est toujours à recommencer.
C'est ainsi. Bien ou mal, là n'est pas la question. C'est un fait.

Alors, oui... Si la lucidité nous accompagnait, nous y gagnerions.
Moins de déceptions avec les 95 % d'échecs aux régimes, divers et variés, et qui plus est dangereux.
Oui, l'exercice physique et l'équilibre alimentaire sont bons.
Le préalable, c'est toujours un rapport à soi-même qui rende durable quelques bonnes décisions de 1er janvier....
Meilleurs voeux !

P.S : Ah, j'en oubliais le titre du livre :
Comprendre l'obésité
Une question de personne
Un problème de société